Alimentation et agriculture



Souhaitez-vous que la commune promeuve et défende davantage l’activité agricole à Taninges ?

PRÉSERVER LES TERRES AGRICOLES en inscrivant dans le PLU le principe d’un arrêt de l’artificialisation des sols.

Aider à l’INSTALLATION D’UN PROJET DE MARAÎCHAGE sur les terrains agricoles détenus par la commune.

Proposer aux associations des terrains municipaux afin d’encourager la création de JARDINS PARTAGÉS ou d’exploitations agricoles, notamment par des personnes modestes ou en réinsertion.

Créer dans l’espace public PARCELLES POTAGÈRES À DESTINATION DES HABITANTS (fruits/légumes) où chacun pourrait planter, jardiner et partager les récoltes.

Ouverture d’un MAGASIN DE PRODUCTEURS dans la vallée du Giffre

CONSTRUCTION D’UNE CANTINE SCOLAIRE à côté de l’école pour tous les élèves de la maternelle et du primaire.

Servir des REPAS PRÉPARÉS AVEC DES PRODUITS BIO, LOCAUX et DE SAISON dans les cantines scolaires tout en maintenant les prix grâce à la lutte contre le gaspillage.

Construction d’une CUISINE INTERCOMMUNALE de préparation des repas pour fournir les cantines scolaires de la vallée et l’EPAHD.

Mise en place d’un COMPOSTAGE à l’échelle de la commune avec les DÉCHETS ALIMENTAIRES des cantines et SENSIBILISATION DES ENFANTS à la lutte contre le gaspillage alimentaire

Mise en place d’un « PROJET ALIMENTAIRE DE TERRITOIRE » (PAT) pour soutenir les filières agricoles locales et sensibiliser les citoyens consommateurs.

Sur ce thème, j'ai des remarques ou d'autres propositions.

La réflexion autour de la création d'une cuisine intercommunale me parait vraiment intéressante. Création d'emplois, choix des aliments, km alimentaire réduit (savez vous qu'Elior à Marignier livre des établissement jusqu'à Grenoble chaque nuit ...) et bien sur possibilité de travailler avec des produits locaux quand c'est possible et sans que les bénéfices partent sous forme de dividendes ...

Zéro pesticide! Nous voulons des coquelicots! c'est un mouvement actuel dont il faut se servir et sur lequel il faut s'appuyer pour se démarquer.

je pense qu'il est important de remettre l'agriculture et l'alimentation au centre du débat. actuellement il y a 3 exploitations a 100% et 3 double actif. il serait bien de remettre du bon sens paysan dans tout cela. à savoir que les terrains communaux et départementaux de plaine (mecanisable) sont exploités par des agriculteurs extérieur à la commune. et qu'il y a 28 exploitation extérieur à la commune qui viennent exploiter du terrain et épandre du fumier lisier et engrais chimique sur la commune. je pense qu'un recentrage et une dynamique à l'installation sur la commune serait bénéfique à toutes et tous

"Engager des démarches de productions agricoles dans la vallée à l'échelle intercommunale si l'écho au niveau communal est favorable. Ces démarches doivent être vertueuses concernant l'utilisation des produits dits ""phytosanitaires""."

La création d'une cuisine centrale nécessite une bonne analyse du fonctionnement des cuisines centrales voisines, pourquoi ne pas optimiser celles existantes, proches de chez nous (Cluses par exemple), il ne faut pas se cantonner aux intercommunalités il me semble.

"Vouloir développer et soutenir l'agriculture locale est salutaire mais n'est ce pas nier que la la paysannerie est un des groupes les plus réduits de la vallée alors que dans le même temps, il apparaît clairement que la classe ouvrière forme le groupe social majoritaire de la vallée de l'Arve (oui je sais, à Taninges, nous sommes un peu au dessus de tout cela mais nous ne vivons pas encore en autarcie et en autogestion). Cette évolution entre paysannerie et classe ouvrière confirme l’analyse du capitalisme par Karl Marx comme quoi plus l’accumulation du capital s’élargit plus la paysannerie est « prolétarisée ». Dépossédée de son moyen de travail car ne pouvant supporter la concurrence acérée des grands monopoles, elle se trouve contrainte d’aller vendre sa force de travail dans les entreprises. C'est cela la réalité d'aujourd'hui ! Où se situe la construction d’un avenir nouveau dans l’idée de « revenir » à la communauté paysanne, basée sur la location des terres et l’échange marchand ? C'est pourquoi l'idée de vrais jardins partagés est intéressante, porteuse de valeurs collectives et solidaires. Avec des outils, stockés dans une cabane, en propriété collective des jardiniers. Une organisation de la sorte favoriserait des échanges sociaux dans le respect et l’entre-aide, avec un enrichissement personnel. L’écologie populaire doit triompher du romantisme paysan !"

Votre thème agricole ne met pas en avant les agriculteurs de la commune, avant de vouloir crée de nouveaux projets, il faudrait maintenir le peu d'agriculteur sur la commune. connaissez vous ces agriculteurs? connaissez vous leurs difficultés et leur travaille? pour rappel, 80% des terrains communaux sont exploités par des agriculteurs qui ne sont pas de la commune. A l'heure actuelle aucune politique communale ne soutient les agriculteur de la commune

Création d'une coopérative locale qui vendrait directement du producteur au consommateur

Le prix excessif de la cantine pour les jeunes enfants.

Concernant l'artificialisation des sols, c'est important effectivement que Taninges et ses hameaux reste un "village" vert mais il ne faut pas tomber dans l’excès surtout au niveau des infrastructures routières et encore plus celles qui permettrait de désengorger (si possible) le centre bourg.